• La 2ème Biennale internationale des arts visuels à l’Hôpital

    Art dans la Cité a créé en 2009 le premier Festival des arts visuels en Europe et a souhaité pérenniser cette action qui accroît la nécessité et la compréhension de l’importance de l’art à l’hôpital. Cette année, Art dans la Cité propose la seconde édition, le festival devenant pour l’occasion la Biennale internationale des arts visuels à l’hôpital. Suite à des résidences organisées en 2011 et 2012 dans sept hôpitaux européens, des œuvres ont été réalisées par de jeunes créateurs au parcours artistique déjà reconnu. Des créations originales spécifiquement conçues pour ces établissements.

  • CH de Cannes : Une nouvelle image de l’hôpital urbain

    Depuis plusieurs années, le CH de Cannes est engagé dans une vaste opération de recomposition architecturale et fonctionnelle. La construction du nouvel hôpital a été une opération d’envergure pour la région et représentait un enjeu majeur pour l’offre publique de soins. Après sept ans de travaux, les activités de l’hôpital de Cannes ont été transférées dans les 55 000 m² du bâtiment neuf entre avril et juin 2011. Pour le CH de Cannes, le nouvel hôpital est un gage de qualité et de performance. Il est aussi l’expression d’une nouvelle image de l’hôpital urbain, intégré dans sa cité.

  • Le Centre Hospitalier « Le Vinatier » en pleine mutation

    Dans le cadre du plan hôpital 2012, le Centre Hospitalier Le Vinatier est en pleine restructuration. Ce projet a pour volonté d’accompagner la nouvelle organisation des trois pôles de psychiatrie adulte. Aujourd’hui distants sur le site, ils seront regroupés, début 2014, au sein d’une même structure. L’organisation pavillonnaire va ainsi laisser la place à un vaste ensemble de 33 500 m2 répartis sur trois étages. Le regroupement en trois pôles – Centre, Est, Ouest – et la mutualisation des moyens vont entraîner une diminution globale du nombre de lits

  • Ingénieur biomédical : un rôle en perpétuelle évolution…

    Depuis son apparition dans les années 1970, le métier d’ingénieur biomédical a su évoluer au fil du temps, en fonction des avancées technologiques et des modifications de fonctionnement des établissements de santé. Après notamment s’être adaptés à la mise en œuvre de la T2A, les ingénieurs biomédicaux doivent aujourd’hui réfléchir à la façon d’exercer leur métier, qui ne se limite plus simplement à l’achat et à la maintenance des dispositifs biomédicaux, ou au respect des réglementations […] Présentation avec Geneviève GASCHARD – WAHART, présidente de l’AFIB, ingénieur biomédical au CHU de Poitiers en charge notamment de l’imagerie et de la radiothérapie.

  • Lettre ouverte aux acteurs de l’hôpital de demain

    J’ai le plaisir de vous faire découvrir le numéro 4 de la revue Architecture Hospitalière, le magazine des acteurs de l’hôpital de demain.

    Retrouvez dans chaque publication, les techniques nouvelles, les dernières avancées technologiques, les expertises de ceux qui réfléchissent aux nouvelles organisations et surtout les expériences que les maîtres d’ouvrages partagent avec vous le temps d’une interview. Rien n’est plus riche que les témoignages de ceux qui, au quotidien, vivent les projets qui font de l’hôpital ce lieu de vie si cher à chacun d’entre nous.
    Ce site et le formulaire « Vos projets » vous est réservé pour déposer vos suggestions d’articles ou de reportages.

  • Editorial – Août 2012

    Même si, depuis son origine, l’ingénierie biomédicale se focalise sur le dispositif médical, l’interface avec son environnement est de plus en plus forte. La mise en place et l’utilisation d’un équipement biomédical nécessitent une adaptation importante de l’organisation et de l’environnement technique associé. De ce fait, la construction hospitalière doit prendre en compte cette évolution et intégrer ces nouvelles données.

    Geneviève Gaschard-Wahart

    Geneviève Gaschard-Wahart

    La configuration du plateau technique est en pleine mutation et nous pouvons constater que les enjeux de son évolution sont associés à plusieurs facteurs : des facteurs médicaux (modification de la prise en charge médicale, des organisations médicales et paramédicales, du process de prise en charge du patient, traitement personnalisé améliorant la santé et la qualité de vie du patient, intégration de nouvelles techniques) ; des facteurs sociétaux (modification des modèles économiques, évaluation et adaptation de modèles économiques, mutualisation de moyens techniques, humains, complémentarité de différentes structures aussi bien publiques que privées) ; des facteurs techniques (des plateaux techniques adaptés en fonction des spécificités des établissements, des plateaux techniques spécifiques et spécialisés pour les centres recours ciblés (neurovasculaire, cardiologie, oncologie), modification des techniques médicales (guidage et contrôle du geste par l’image, sécurisation et précision du geste, modification des techniques d’investigation, d’exploration, de surveillance, de traitement), intégration de techniques dans le plateau existant.

    Ces évolutions entrainent un changement de paradigme dans la conception du plateau technique de demain. La conception hospitalière doit non seulement prêter attention à l’évolution sociétale (chirurgie ambulatoire, soins de suite, etc.) mais aussi à l’évolution de son plateau technique qui est le centre de gravité de la structure de soins. Le plateau de demain doit être conçu pour permettre le travail d’équipes multidisciplinaires et optimiser des flux autour des grandes pathologies (cardiologie, neurologie, oncologie, etc.) mais aussi pour prendre en compte l’augmentation des équipements biomédicaux et leurs contraintes associées. Si nous prenons en compte l’évolution permanente des techniques biomédicales et donc des prises en charge médicale, la conception hospitalière doit être réfléchie pour pouvoir offrir une évolution fonctionnelle et technique tout en gardant une maitrise économique et financière indispensable dans le contexte actuel. Le défi n’est pas simple mais il peut être relevé en associant et coordonnant des équipes pluridisciplinaires composées d’experts techniques (architectes, ingénieurs travaux, biomédicaux, informatiques) et médicaux ainsi que de consultants.

    Aujourd’hui, tout projet hospitalier doit être envisagé dans une démarche projet d’équipes multidisciplinaires. La réussite de la conduite de projet passe par une collaboration étroite entre tous les acteurs concernés, une collaboration basée sur une explication et une compréhension des responsabilités et des techniques de chacun mais aussi des contraintes et des exigences, comprenant la priorité de prise de décision selon les axes stratégiques du projet et identifiant le ou les centres de gravité de ce dernier.

    Le magazine « Architecture Hospitalière » a souhaité nous offrir cet édito et nous l’en remercions. Cette démarche illustre l’importance de la connaissance, de la compréhension, du partage, de la diffusion et de la collaboration entre les différents acteurs concernés par la conception des hôpitaux de demain.

    Au nom de l’AFIB, je souhaite succès et longue vie à « Architecture Hospitalière » en espérant que la collaboration avec l’AFIB sera fructueuse.

    Geneviève Gaschard-Wahart
    Présidente de l’AFIB

  •