• Un nouvel hôpital privé à Villeneuve d’Ascq

    Issu du regroupement de la Clinique du Parc située à Croix et de la Maternité de Villeneuve d’Ascq – Cotteel – (établissements du groupe Générale de Santé), l’Hôpital Privé de Villeneuve d’Ascq répond au programme régional de modernisation en faveur de la qualité des soins. Cet équipement s’inscrit comme un élément structurant en synergie avec les cliniques déjà présentes en périphérie de Lille. L’établissement assure une prise en charge pluridisciplinaire en ambulatoire et en hospitalisation complète. Son programme comprend 225 lits et places de médecine, chirurgie et obstétrique, et un plateau médico-technique.

  • L’Institut Universitaire du Cancer de Toulouse

    Au cœur de l’Oncopôle de Toulouse, l’activité de soins aux malades sera centrée autour d’un pôle clinique très novateur, l’Institut universitaire du cancer (IUC) qui accueillera toutes les équipes et tous les équipements de l’Institut Claudius Regaud et certaines activités de cancérologie du CHU de Toulouse. De part sa composition multipartenariale, l’IUC va participer, dans l’intérêt des patients, au décloisonnement des acteurs et à la promotion d’actions communes entre opérateurs publics et privés de la cancérologie.

  • Le Bâtiment Médico-Technique de la Timone

    Troisième centre hospitalier universitaire de France par sa taille et son activité, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM) modernise son offre de soins pour s’adapter aux attentes de la population et à l’évolution de l’environnement sanitaire régional. Avec le futur bâtiment médico-technique (BMT) de La Timone, les patients de toute la région bénéficieront d’un outil équipé des technologies les plus modernes dans de nombreuses disciplines de pointe.

  • La 2ème Biennale internationale des arts visuels à l’Hôpital

    Art dans la Cité a créé en 2009 le premier Festival des arts visuels en Europe et a souhaité pérenniser cette action qui accroît la nécessité et la compréhension de l’importance de l’art à l’hôpital. Cette année, Art dans la Cité propose la seconde édition, le festival devenant pour l’occasion la Biennale internationale des arts visuels à l’hôpital. Suite à des résidences organisées en 2011 et 2012 dans sept hôpitaux européens, des œuvres ont été réalisées par de jeunes créateurs au parcours artistique déjà reconnu. Des créations originales spécifiquement conçues pour ces établissements.

  • Editorial – Novembre 2012

    Il est toujours passionnant pour un cadre hospitalier de s’interroger sur un des volets de son action qui est de construire, aménager, réorganiser, bref participer de manière architecturale à l’évolution de son hôpital à côté des volets fonctionnels, juridiques, financiers, économiques mais aussi de santé publique.

    Au-delà de la pluralité et de la complexité de l’organisation hospitalière, les enjeux de l’architecture hospitalière doivent s’inscrire dans une triple dynamique.
    La première, qui conduit l’évolution de nos organisations comme des hommes, est celle du progrès médical. Le progrès médical peut être qualifié ici de progrès technique ou capital using, c’est-à-dire ce qui conduit à une double évolution de massification des plateaux techniques et de réduction de la capacité en lits. Plus concrètement, l’hôpital de demain c’est moins de lits, moins de plateaux techniques isolés mais densifiés et des compétences médicales ultra spécialisées.
    La deuxième est celle de la nécessaire ouverture de l’hôpital. En interne, cette ouverture se manifeste par la mise en place des pôles par l’organisation de filières de soins élargies aux réseaux et aux parcours de soins.
    Le troisième est bien entendu économique et fonctionnel, on construit non pour se faire plaisir mais pour exploiter, mieux gérer, et apporter des réponses fonctionnelles aux questions des équipes. Cette dynamique rend indispensable la définition de nouvelles approches et relations de travail entre les différents acteurs.

    C’est l’intérêt d’une telle revue d’apporter une réflexion dans notre action quotidienne et de repenser l’architecture hospitalière dans la triple dimension évoquée et dans la seule perspective qui nous guide, à savoir répondre aux besoins et à l’évolution de la bonne prise en charge des malades qui sont et restent le seul juge final de nos constructions architecturales.

    Jean-Paul Segade
    Directeur Général – A.P.H.M

  •